« Panacea » – Tam de Villiers 4tet – Sortie Nouvel Album et Tournée 2015

Panacea-High-Res

Je suis très heureux d’annoncer mon dernier album de mon quartet, « Panacea », sur le label Whirlwind Recordings en Avril 2015 !

Sur ce troisième album de mon quartet vous pouvez entendre le merveilleux chanteur de Hongrie, Budapest , Gabor Winand en tant qu’invité sur quatre pistes .


Share

×

Cliquez ici pour faire un « pre-order » de l’album des maintenant de moi directement et les frais de livraison seraient offerts !

La pochette de l’album a été créé par mon jeune frère Fen de Villiers qui est un artiste talentueux et sculpteur .
Cliquez ici pour voir toutes les œuvres inclus dans la pochette du CD . inclus dans la pochette du CD.

Nous serons en tournée pour promouvoir l’album et traverserons la France , Royaume-Uni, la Belgique, l’Allemagne et Luxembourg entre Février-Mars 2015.

Cliquez ici pour avoir plus d’info sur des dates de tournée.

Fevrier 2015 :
12 – Bravo, Brussels, Belgium
13 – Jazzolder, Mechelen, Belgium
16 – Hopper, Antwerp, Belgium
17 – Liquid, Luxembourg
20 – Bflat, Berlin, Germany
21 – Club HANSEAT, Germany

Mars 2015 :
11 – Swing Unlimited Bournmouth, UK
12 – Sound Cellar Poole, UK
13 – Birmingham Jazz, UK
14 – Shrewsbury Jazz Network, UK
15 – SMJC Southampton, UK
17 – Dempseys, Cardiff, UK
18 – Lescar, Sheffield + Leeds College of Music Workshop, UK
20 – Bebop Club, Bristol, UK
22 – Schmazz/Splinter Newcastle, UK

Mai 2015
8 – Parvis, Chartres, France
29 – Sunside, Paris, France


Tam De Villiers FB

Depuis près d’une dizaine d’années le quartet du guitariste d’origine britannique Tam de Villiers cherche l’authenticité en musique, l’originalité dans la composition et la complicité vraie au sein de ses groupes. Loin d’imiter le passé ou le présent, et toujours en déjouant adroitement les tendances éphémères, le compositeur se donne ici pour but d’explorer sa perception subjective de l’expérience humaine au défi des époques et des styles. Résolument personnelle, sa musique surprend, voire éblouit l’auditeur par son art de marier les influences de manière parfaitement homogène, jusqu’à trouver sa propre « voix. » Telle pièce qui s’amorce sous le signe du jazz pourra ainsi se muer en fantaisie baroque très contrapuntique avant de virer au rock progressif le plus abrasif et de frôler des accents rockabilly pour céder enfin à l’envoûtement d’un leitmotiv minimaliste. Et pourtant, ce qu’on pourrait au premier abord prendre pour de l’éclectisme repose sur un équilibre rigoureux ; vecteur de cohérence, celui-ci confère un certain classicisme aux parties écrites comme aux passages improvisés.

Tam de Villiers continue à développer ses affinités musicales en entretenant des relations de travail soutenues avec ses comparses habituels, qui comptent parmi les meilleurs musiciens de la nouvelle scène française (Karl Jannuska, batterie ; David Prez, saxophone ténor ; Frédéric Chiffoleau, contrebasse). Ensemble ils ont enregistré en juin leur dernier album en date, « Panacea », suite logique d’« Alba Lux » (2008) et de « Motion Unfolding » (2011), tous deux ayant remporté un vif succès critique. À propos de ce dernier disque, auquel participait David Linx, chanteur aux multiples récompenses, le magazine Jazz Thing a parlé d’« éblouissante et acrobatique poésie mentale ». Avec « Panacea », Tam de Villiers pousse encore plus loin l’écriture poétique et, cette fois, invite le chanteur hongrois Gábor Winand, dont la voix de baryton, la virtuosité et l’art de l’improvisation scattée teintent d’un lyrisme exceptionnel quatre morceaux de l’album.

Le but de cet album était de s’appuyer sur la relation musicale de longue date du quartet de Tam de Villiers, et de l’utiliser en tant que véhicule d’exploration d’un nouveau répertoire exigeant de compositions qu’il écrivît au cours des deux dernières années. Ce répertoire explore de nombreuses approches de forme et d’improvisation rarement utilisées dans un contexte de quartet de jazz. Une grande partie des compositions est en composition continue, en explorant les motifs et le matériel mélodique de différentes façons et en les utilisant comme base rythmique et harmonique pour l’improvisation.

Afin de développer de la matière mélodique, des techniques de composition du 20e siècle dodécaphoniques ont été utilisées, notamment dans la suite « Totem Tona – Tona Totem « , et « Wolf » dans lesquelles trichords sont utilisés et retournés pour former les thèmes, ainsi que l’harmonie. Cet accent sur la composition et la structure, juxtaposé avec les sons de guitare électrique, ainsi que l’utilisation d’effets nombreux et variés sur chaque instrument caractérisent le quartet Tam de Villiers. La forte cohésion et complicité des membres du groupe permet une exécution fluide et organique des morceaux. Le quartet offre une combinaison unique de styles musicaux modernes et de sons mélangés avec une subtile complexité mélodique et rythmique.

En parallèle à cela, et à certains égards comme contrepoids, la flexibilité de la technique vocale de Winand apporte une cohérence universelle à l’auditeur. Tam de Villiers souhaitait continuer son exploration poétique de l’écriture de chansons (premier démarrage sur le dernier album «Motion Unfolding »), en utilisant les consonnes et syllabes du texte comme un cadre de travail pour l’articulation rythmique et sonore des thèmes. Les textes examinent des archétypes symboliques trouvés dans l’ésotérisme européen, l’alchimie et les écrits de Jung. En effet, les concepts littéraires explorés mettent en place aussi les formes de base des chansons, en utilisant les chiffres de numérologie comme base du tempo, la forme et la mesure, notamment dans « panacée » et « As Above, So Below ». Dans d’autres morceaux, « Morse Code Fantasie » et « Freedom » (propre composition de Winand), la voix est plutôt utilisée comme un instrument à part entière, en utilisant les syllabes de scat pour l’articulation des notes.

Le résultat final est une suite de divers morceaux, instrumentaux et chantés, qui amènent l’auditeur dans un voyage à la fois cérébral et viscéral, voyage dans lequel la sensation naturelle et l’exécution organique de la matière attirent l’auditeur et lui permettent d’apprécier les interactions exubérantes du groupe, sans que la profondeur et la complexité de la composition n’altèrent leur musicalité.

Partager : facebooktwittergoogle plus
pinterest